témoignage repris dans le nouveau DICTIONNAIRE DES APPARITIONS DE LA VIERGE MARIE (déjà sorti italien) RENE LAURENTIN Patrick SBALCHIERO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

témoignage repris dans le nouveau DICTIONNAIRE DES APPARITIONS DE LA VIERGE MARIE (déjà sorti italien) RENE LAURENTIN Patrick SBALCHIERO

Message  Admin le Sam 25 Aoû - 19:10

témoignage repris dans le nouveau
DICTIONNAIRE DES APPARITIONS DE LA VIERGE MARIE (déjà sorti italien)
RENE LAURENTIN
Patrick SBALCHIERO

Préfacée par le Cardinal Roger Etchegaray
Avec la collaboration de nombreuses personnalités

R.L : FILLE DU SOLEIL est française d’origine italienne, elle fut élevée chrétiennement par une mère chrétienne et un père généreux. Ses parents priaient régulièrement le rosaire, mais elle, trop occupée à cause de son métier, ne priait plus comme beaucoup d’autres de nos jours.

FS : « Au cours des années 1985-1987, j’ai éprouvé comme un vide intérieur qui me faisait souffrir énormément si bien que mon travail n’avait plus d’intérêts pour moi. Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait. Pendant trois longues années, afin qu’ils viennent à mon aide dans mon désarroi, j’ai imploré le Seigneur, à l’aide de Notre Père et de Je vous salue Marie, les seules prières que je connaissais à l’époque»-

R.L.: Le succès mondain n’a plus d’intérêt pour elle, elle commence à avoir le péché en horreur, honnête, elle reconnait son manque d’amour pour le Seigneur et veut rattraper le temps perdu. C’est à ce moment qu’elle prit à 38 ans une grande décision : donner sa démission à la banque et exploiter son don de dessin pour devenir ainsi professeur d’arts plastiques » ce qui se réalisa en 1991.
« En 1988, alors que j’étais en paix, devant ma maison, je priais le « credo » que je venais d’apprendre. Soudain, une force m’invite à lever la tête vers le ciel qui était d’un bleu uniforme ce jour là. J’ai vu dans le ciel, la tête de Jésus couronnée d’épines. Jésus souffrait. A cet instant, j’ai reçu ma première locution intérieure « Aide-moi » A l’époque, j’ignorais tout des visions et des locutions intérieures, j’en ai parlé à mon voisin, un catholique pratiquant qui m’invite à ne pas divulguer ma vision sous peine de me faire passer pour l’innocente du village.
A partir de ceci, je partis à la recherche de Dieu. J’ai lu plusieurs livres d’un chrétien, livres qui ne correspondaient pas tout à fait à l’enseignement catholique que je connais aujourd’hui. Je lisais la Bible, je me mis aussi à louer le Seigneur, à aimer mon prochain, à prier, à jeuner, à faire du bien autour de moi…
Une phrase de ces livres m’a complètement retournée : « chaque péché à sa conséquence… Je pris alors conscience de ma vie passée, j’avais menée une vie désordonnée jusqu’à 40 ans, en m’imprégnant de cette phrase, j’ai pleuré des heures entières sur mon lit, cela a été a été le point de départ d’une conversion durable. Rien n’est impossible à Dieu.
Bien que je fusse baptisé à ma naissance, je n’avais pas encore fait ma première communion. Plusieurs jours après avoir pris connaissance de cette phrase miraculeuse, devant un vieux crucifix bancal dont mes grands parents se servaient pour réciter le rosaire, je renouvelais ma demande de pardon… à cet instant, il s’est passé quelque chose en moi : j’ai ressenti comme un tressaillement en moi, de la tête au pied, comme si une flèche me transperçait de haut en bas sans me faire mal. J’ai eu comme l’impression que quelqu’un habitait en moi et se réjouissait… j’ai souri…. ;
A l’époque, je ne savais rien du Saint Esprit. Je suis allée trouver un prêtre avec lequel j’ai parlé pendant des heures. Il m’a dit que j’étais prête. J’ai fait ma première communion quelques mois plus tard en 1991, pendant la veillée pascale. Mon mari l’a fait quelques temps après moi et lorsque notre fils a fait sa confirmation, nous en avons profité pour la recevoir aussi tous les deux. A partir de 1991, je fréquentais l’Eglise Catholique, je recevais souvent et régulièrement les sacrements de l’Eglise, je respectais les dix commandements, je pratiquais la charité, j’essayais en quelque sorte de récupérer le temps perdu en m’imprégnant toujours des valeurs de la Bible.
Un jour de 1999, vers 13 heures alors que je me reposais sur mon lit, a un moment donné, je ne sentais plus mon corps, j’avais l’impression que mon cœur était enfermé dans un autre cœur, les deux cœurs étaient devenus Un, battant à l’unisson, de façon vigoureuse, jamais je n’avais expérimenté ceci de toute ma vie. J’ouvris doucement les yeux, mon regard de posa sur la photo grandeur nature, de la Sainte face du Christ, accrochée au mur de ma chambre. A ce moment précis, je vis le visage du Christ sortir de la photo, je le vis en trois dimensions, il reflétait une humilité et une douceur suprêmes. Jésus me regardait sans rien dire, comme s’il était mon serviteur, j’avais l’impression de compter beaucoup pour lui, d’être importante à ses yeux… moi qui n’avais vraiment rien pour lui plaire, il me regardait avec une tendresse infinie comme jamais personne ne m’a regardé sur terre. A partir de ce moment, je suis vraiment tombée amoureuse du Christ, ce n’était plus comme avant. Tout le monde sait que Jésus est miséricordieux et plein d’amour pour ses créatures, ce jour là, j’ai eu la chance de m’en rendre compte par moi-même.
A partir de 1999, la nuit dans mon sommeil, je commençais à entendre des voix et à avoir des visions.
C’est à partir de là que j’ai commencé à ressentir une légère brise sur la tête et un son à côté de mon oreille. Je chantais alors sans arrêt, j’inventais des chants pour le Seigneur. Cette légère brise sur le haut de ma tête et se son sont encore présents aujourd’hui.
Cependant, lorsque l’esprit du bien est là, l’esprit du mal n’est pas loin. Le démon a commencé à se manifester physiquement à moi lorsque je faisais quelque chose qui ne lui plaisais pas, il me pique sauvagement sous les pieds parfois jusqu’à me paralyser, il se manifeste encore entre autre de nos jours. C’est fatiguant de le supporter mais le Seigneur m’a dit que ce passage est nécessaire pour l’aider à sauver les âmes. Les attaques du démon étaient toujours plus fortes.
J’ai envoyé toutes les phrases que j’entendais la nuit, à mon évêché. J’ai demandé un exorcisme et on m’a répondu de ne pas m’inquiéter, ce sont des choses qui arrivent. L’esprit du mal m’en voulait beaucoup, je me demandais pourquoi puisque cela faisais dix ans que j’étais sur le droit chemin. J’ai reçu plusieurs exorcismes et prières de libération en dehors de mon diocèse mais cela n’a servi à rien.
Une nuit, le démon voulait que je me suicide, il m’a tendu un couteau. Je me suis réveillée et j’ai pleuré. »

R.L. : Tout cela peut paraître invraisemblable mais Yvonne Aimée de Malestroit a subi la même expérience, avec présentation de l’arme pour se suicider.
« Le lendemain, un samedi, mon mari m’a amené au Luxembourg, chez un prêtre qui m’a fait une prière de délivrance. J’étais rassurée. Ce prête m’a invitée à venir le lendemain après midi à la bénédiction de malades qu’il organise une fois par mois. Je suis tombée dans le repos de l’Esprit. J’étais allongé à terre, jà l’intérieur d’une lumière blanche qui palpitait, comme si c’était un cœur.
Une nuit, j’ai eu un songe, je me voyais à l’intérieur de l’église de ma paroisse, j’étais derrière l’ambon, prête à lire. Je me suis vue tomber à terre, j’entendais les personnes autour de moi, puis j’ai vu un bras, avec une manche assez longue, me tendre une hostie, cette hostie est entrée seule dans ma bouche à une quinzaine de centimètres, cette hostie ne ressemblait pas aux autres, celle-ci était lumineuse comme un petit soleil.
Une autre nuit, alors que je dormais paisiblement, j’ai vu le visage de Jésus, s’avancer doucement vers moi, il était incandescent comme le soleil. J’ai eu peur, mon âme a hurlé, puis le visage de Jésus c’est progressivement retiré comme s’il reculait jusqu’à disparaître. Tout de suite après, mon ange gardien m’est apparu et m’a dit : « ne crains rien »
J’ai cru que c’était le démon qui m’est apparu tout incandescent mais quelques mois plus tard, Jésus m’a dit que c’était bien lui qui m’était apparu la nuit dans mon sommeil et que la première fois, l’âme en est toute bouleversée. Je pense que cette nuit là, je n’étais pas encore prêtre à voir le visage du Seigneur, ce qui explique ma frayeur.
Une autre nuit, le démon a voulu m’enlever un anneau que j’avais au doigt de mon âme, mon doigt était tout violacé mais plus tard le Seigneur m’a dit que personne ne pouvait m’enlever l’anneau qu’il avait lui-même mis à mon doigt.
Plus tard, Jésus m’a encore montré par deux fois son visage, c’était le même que celui qui était sorti de la photographie dans ma chambre, il avait encore sur la joue quelque trace d’incandescence. Par expérience, je peux dire que le démon ne se montre jamais deux fois avec le même visage lorsqu’il veut imiter Jésus.
Le psychiatre de l’évêché m’a reçu, nous avons discuté ensemble plus d’une heure, et pour finir, il m’a demandé de prendre un père spirituel et de lui obéir. Ce que j’ai fait lors de mon retour chez moi.
Le Seigneur m’a dit que le démon savait avant moi que j’allais devenir une messagère du Christ, c’est pour cela qu’il me fait tant de mal.
En mai 2004, alors qu’une de mes amies que j’avais ramené à la religion catholique quelques années plus tôt, est parti dans une autre confession chrétienne, le Seigneur m’a demandé : « Veux-tu être ma messagère ? » J’ai répondu « Oui ». Le Seigneur m’a dit qu’il avait attendu le moment opportun pour me demander d’unir et d’embellir son Eglise. La Vierge Marie m’a confirmé cette demande le même jour…. Tout ceci n’empêche pas les doutes passagers.
Donc depuis 2004, je reçois des messages du Christ sur l’unité de l’Eglise, sur l’Eucharistie, sur l’amour de Dieu et du prochain, sur la civilisation d’amour. Tous ces messages ont été envoyés à l’époque à mon évêché par obéissance à mon premier père spirituel, maintenant décédé. Mon nouveau père spirituel lit les messages et met un petit mot sur les livres. Plusieurs ont déjà été publiés, le premier : « Mon plus beau cadeau l’Eucharistie ». Le Seigneur m’a dit que j’étais l’apôtre de l’Eucharistie et que ma mission est de la faire connaître au monde entier. Plus tard, le Seigneur m’a dit que toutes les âmes de bonne volonté peuvent devenir des apôtres de l’Eucharistie.
Tous les droits d’auteur de ces livres partent à ma petite association de bienfaisance où je suis Présidente. Le produit de la vente des livres sert d’une part aux besoins de l’association, d’autre part une partie est versée pour aider les prêtres de mon diocèse et pour les personnes démunies de mon secteur. Je ne garde rien pour mes besoins personnels ou familiaux. Le Seigneur demande que des petites cellules de charité portant le nom « Don de Soi » s’ouvrent un peu partout pour aider les personnes démunies de son secteur sans chercher à aller plus loin., et que des groupes de prières voient le jour, ces groupes porteraient le nom de « Chemin de Vie ».

R.L. : Ce témoignage vivant, sobre, sans effet littéraire ni retour sur soi, en dit plus qu’un long commentaire sur ce qu’il exprime, dans une belle continuité, avec la tradition chrétienne de l’Evangile et de l’Eglise.

René Laurentin

Admin
Admin

Messages : 108
Date d'inscription : 25/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://chemindevie.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum