J'ai repris confiance en entendant chanter les anges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J'ai repris confiance en entendant chanter les anges

Message  Admin le Ven 9 Nov - 9:34



Fille du Soleil (2e partie): Premiers charismes
J’ai repris confiance en entendant les anges hanter: «Dieu est amour, Dieu est lumière...»
Par Christian Parmantier
STELLA MARIS 449 SOMMAIRE
Mon plus beau cadeau, l'Eucharistie


A l’occasion de la publication du premier livre de Fille du Soleil: «Mon plus beau cadeau, l’Eucharistie», nous poursuivons la présentation de l’auteur. Après avoir quitté le monde (Cf. SM 448), des charismes apparaissent: visions et locutions.



Fille du Soleil, suite à votre retour dans le sein de l’Eglise, qu’avez-vous fait de vos livres pas vraiment catholiques?
Je suis allée les apporter à l’Abbaye d’Orval en Belgique pour les faire brûler, je ne voulais plus rien garder chez moi qui ne soit catholique... j’ai demandé plusieurs exorcismes et prières de délivrances auprès de prêtres différents, après j’ai fait bénir ma maison.
J’ai voulu appartenir complètement au Seigneur. Au cours d’une messe, le prêtre a consacré toute ma famille qui était présente, à Jésus et à Marie. Ensuite, j’ai fait mes propres voeux à Jésus-Christ.
Mais un jour, j’ai rencontré une catholique bien formée, en qui j’avais confiance. Je lui ai parlé de mes voeux au Seigneur. Elle m’a répondu catégoriquement que j’étais démoniaque, que mon père était le démon alors que depuis plusieurs années je n’avais plus lu les horoscopes ni usé du pendule comme je le faisais avant pour m’amuser.
Cette parole maladroite aurait mis fin à ma pratique religieuse si le ciel n’était pas intervenu... Il me restait encore tellement à apprendre. De surcroît, cette parole est tombée alors que j’étais dans un passage on ne peut plus fragile...

Que s’est-il passé?
C’était comme si on m’enlevait l’air dont j’avais besoin pour respirer...
J’avais tellement fait d’efforts sur moi-même à tous les niveaux que j’ai pris cela pour une trahison de Jésus envers moi... Je me suis couchée la mort dans l’âme, persuadée que mes années passées à me convertir avaient bel et bien été une mascarade... Je me sentais encore plus chétive... Comment ai-je pu penser une seconde que je pouvais intéresser Dieu ? Ce soir-là, après avoir entendu ces paroles, je suis entrée dans un mutisme profond pendant au moins une demi-heure, je n’arrivais pas à pleurer, ma souffrance intérieure avait bloqué mes larmes... Pour moi, c’était comme si le temps s’était arrêté là. Ma vulnérabilité m’invitait à croire que Dieu m’avait abandonnée à tout jamais dans les bras de son adversaire. Pourquoi ne croirais-je pas plus instruit que moi?

En fait vous avez vécu ce que saint Ignace appelle une brusque désolation.
Je crois bien... le matin, à mon réveil, il régnait dans la chambre une atmosphère que je ne connaissais pas, c’était comme si je n’étais pas seule... Soudain, j’ai entendu chanter: “Dieu est Amour... Dieu est Lumière... Dieu notre Père...” On aurait dit qu’il y avait tout un choeur d’anges qui chantait avec la même voix. Je ne pourrais le dire avec mes mots, c’était tellement beau et harmonieux. Ce cantique a pénétré délicatement dans mon coeur pour y demeurer. Dieu est venu à mon secours. Je me suis reprise. J’ai demandé: «Es-tu là Seigneur? M’aimes-tu encore?» Ce jour-là, j’ai repris confiance, j’ai compris que le Seigneur, malgré mon ancienne vie de pécheresse, tenait vraiment à moi.

La consolation vous est arrivée aussi vite que la désolation!
Heureusement... merci Seigneur. Gloire et louange à toi!
Plus tard, la voix m’a dit: “Je veux que mon Eglise soit remplie d’amour...”
Parfois nous étalons nos connaissances avec un tel manque d’amour que les gens sont tentés de partir ailleurs ou de fuir toute religion...
La première chose à dire à notre prochain, c’est que Jésus est près de nous, qu’il connaît notre vie et surtout qu’il nous aime infiniment. Quels que soient les péchés que nous avons commis, il les pardonne lorsqu’on lui demande de nous les pardonner. Il désire que nous apprenions à l’aimer... Jésus est mort sur la croix pour nous racheter tous et il aimerait un retour d’amour de sa créature qu’il aime “comme jamais il ne nous sera donné d’être aimés sur terre”, m’a-t-il dit...l’apprentissage se fera progressivement et doit se faire en douceur, un pécheur sur le chemin de la conversion a besoin d’être soutenu, encouragé et non rabaissé, notre devoir est de rapprocher les personnes de Jésus et non de les en éloigner. Que Dieu nous pardonne toutes nos maladresses et nous guide tous sur son chemin de Sagesse.»
Le Seigneur m’a dit que la Bible était difficile à comprendre. Si c’était le contraire, il n’y aurait pas tant de division dans son Eglise... Quand mes amies ont quitté l’Eglise catholique sous l’impulsion d’une voisine, le Seigneur m’a dit: «Leur foi est autre, elles continuent quand même leur chemin.» C’est à ce moment-là, en 2004, que le Seigneur m’a demandé d’être sa messagère. Il me l’a confirmé par la suite en me demandant de lire les chapitres 2 et 3 d’Ezéchiel...
A partir de 1999, je commençais à entendre des voix dans mon sommeil; une nuit, j’ai entendu: «et toi petite enfant, tu seras appelée prophète du Très-Haut... mon enfant, écris-le» je ne savais pas ce que cela voulait dire exactement, j’étais à mille lieues de penser que le Seigneur voulait faire de moi sa messagère, je notais ce que j’entendais, sans chercher à comprendre.
Au début, lorsque je recevais ces phénomènes surnaturels, j’ai cru que j’allais devenir folle et que j’allais devoir me faire inscrire dans un hôpital psychiatrique. Entendre des voix la nuit...

Quel genre de vision avez-vous eu?
Des démoniaques et des divines qui sont moins nombreuses et durent moins de temps, elles s’impriment au fond de votre être, les autres sont grotesques.

Le Seigneur permet de drôles de choses!
Une nuit, j’ai aperçu de près le visage du Christ, il était d’une beauté à couper le souffle...je me suis aperçue bien vite qu’il ne s’agissait pas de Jésus parce que les rayons de son Sacré-Coeur étaient en fer doré. Il faut savoir que lorsque le Seigneur permet ce genre de visions, il est toujours présent quand cela ce passe.
Après ces premières manifestations, j’ai pris rendez-vous avec le psychiatre de l’évêché pour lui demander un exorcisme ( je pensais: si c’est le mauvais qui me joue des tours, ça partira)... nous avons discuté un long moment et, pour terminer, il m’a demandé de chercher un Père spirituel et de lui obéir, ce que j’ai fait. Un autre prêtre m’a dit que je faisais la montée du Carmel, il m’a bénie, imposé les mains, et conseillé de lire Thérèse d’Avila. Heureusement que j’ai eu en main son livre «Les sept demeures du château» (cheminement de l’âme jusqu’à l’union divine), je me suis retrouvée dedans, j’ai été vraiment rassurée, béni sois-tu Seigneur pour lui avoir permis d’écrire un tel livre.

Lorsque je fais quelque chose de bien, l’autre me torture, il me menace, m’insulte et me pique sous le pied (cela me fait penser à la phrase de la Bible: «la Femme lui écrasera la tête et le serpent la mordra au talon»). De plus, le Seigneur lui a permis de me répéter presque tous les jours: «tu vas souffrir...». Allez savoir ce que cela sera! Quand on a des enfants, on se demande toujours ce qui va leur arriver. C’est la souffrance la plus atroce pour moi, même si je m’abandonne au Christ et que cela sert à sauver les âmes... c’est le prix à payer, m’a dit le Seigneur. Je ne m’y habituerai jamais, les angoisses sont terribles, personne ne peut me comprendre ni m’aider de ce point de vue-là. Dieu le permet en vue d’embellir l’âme.

Vous connaissez cette confession de l’apôtre Paul: «un ange de Satan me soufflette. J’ai supplié le Seigneur de me délivrer, mais il m’a dit: «ma grâce te suffit!».
«Ma grâce te suffit», le Seigneur me l’a souvent répété, parce que je me plains souvent à lui.

Dans une lecture de foi, il est «normal» que le prophète souffre. En vertu du mystère du Corps du Christ, le Seigneur “réserve” à ses privilégiés ses plus grandes grâces (participer à sa Passion en communiant à ses souffrances par leurs croix).
Savez-vous ce que disait Thérèse d’Avila?
Non.

«Seigneur, je comprends que tu n’aies pas beaucoup d’amis, parce que, à voir comment tu les traites...!»
Ah...je n’ai pas dit la même chose au Seigneur mais je lui ai fait comprendre qu’il mettait la barre trop haut avec moi, c’est épuisant.

Arrivez-vous à vous abandonner?
Plus d’une fois j’ai voulu tout laisser. Je ne suis pas encore sainte, je connais mes faiblesses et mes limites, ce n’est pas évident du tout, même si je m’abandonne souvent au Seigneur, les persécutions sont permanentes, angoissantes et parfois terrifiantes.

Mais vous recevez aussi la consolation des manifestations divines.
Oui, mais le Seigneur ne se montre pas souvent à moi parce que cela me fait à chaque fois un choc. Lorsque Jésus se montre à moi, j’ai envie de me cacher dans un trou de souris; imaginez un beau jeune homme plein de charme, au regard adorable, vêtu simplement, soigné, calme, raffiné, courtois... cette personne humble et parfaite est là et vous regarde sans rien dire. Elle vous fait comprendre qu’elle s’intéresse à vous, qu’elle a beaucoup d’amour pour vous, que vous soyez homme ou femme. On dirait qu’elle tient à vous comme à la prunelle de ses yeux, que vous avez beaucoup d’importance pour elle,... Eh bien cette personne-là, il m’a été permis de la voir et je peux vous dire que d’un seul coup tous mes péchés sont remontés à la surface... Ses yeux regardaient mon âme sans artifice aucun. Comment une personne aussi pure et trois fois sainte peut–elle être attirée par autant de bassesse... il y a un gouffre énorme entre «Lui» et moi!
Oh comme je suis vulnérable... A chaque vision c’est pareil. Il ne me viendrait pas l’idée de me jeter dans ses bras, de lui répéter encore combien je l’aime, ou de me confondre en demande de pardon, ou encore de rester accrochée aux pans de sa tunique pour ne plus jamais le quitter... Non, la seule chose que j’ai envie de faire, c’est de me sauver loin de lui par pudeur et respect pour ne pas le salir...
La plupart du temps, je ne le vois pas, je lui parle sans vergogne, comme à un ami à qui je peux tout dire, sans chercher à placer de belles paroles... Je lui répète mille et une fois que je l’aime à en mourir... Il subit mes sautes d’humeur et connaît tous mes caprices, mes lâchetés, mes faiblesses, mes scrupules... Je fais plus de manières avec mes invités... Oui, ce jour-là, j’ai vraiment eu envie de m’éloigner de lui tellement j’avais honte de ce que j’étais, j’avais honte de lui avoir dit tout plein de «je t’aime». Comme j’ai trouvé cela déplacé et vulgaire devant une telle Majesté divine! Alors que j’avais ces pensées, j’ai entendu: «Je suis le Chevalier servant de chaque âme, je désire son intimité avec Moi, je ne veux pas la perdre.»
Et c’est vrai, Jésus désire que nous lui répétions inlassablement des petits «Jésus, je t’aime». Lui, en échange, nous répondra inlassablement des «je t’aime, amour», nous sommes toutes et tous ses amours.
C’était pareil au début, je n’avais encore jamais vu le visage de Jésus, j’entendais la voix seulement dans mon sommeil... Elle était si prenante, autoritaire et douce à la fois que je me suis dit que si j’avais eu son auteur devant les yeux, je serais probablement tombée à la seconde même dans les pommes... J’ai entendu tout de suite après: «Non, dans mes bras.» Sur le coup ma réflexion a été de me demander si c’était vraiment Jésus qui m’avait répondu cela... Lui si mystérieux...
Aujourd’hui, j’en souris encore, parce qu’en plus de ses beaux yeux bleus qui convertiraient toutes les âmes sensibles de la terre... le Seigneur est d’une tendresse et d’une simplicité extraordinaires et en plus, qui l’aurait cru, il fait de l’humour!

Comme vous avez reçu un don pour le dessin, vous pourriez dessiner Jésus comme vous le voyez!
Non, je ne suis pas portraitiste, le résultat, même s’il est remarquable aux yeux des autres, serait loin de la réalité... Et j’entendrais Jésus me dire encore, d’un air ému et intéressé à la fois: «c’est ainsi que tu me vois?»
Pardon Seigneur!
(à suivre)



Littérature:
«Mon plus beau cadeau, l’Eucharistie» 192 p., 11,5x17 cm, Euro 10.– CHF 16.–

Admin
Admin

Messages : 108
Date d'inscription : 25/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://chemindevie.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum